Puissance Post-Punk & Rock en perspective avec Viagra Boys et Fontaines D.C.!

VIAGRA BOYS

Si un énième nostalgique de la distorsion vous postillonne au visage sans pouffer que le rock est mort, empoignez-le fermement par les lobes et traînez-le sous les watts de Viagra Boys. Loin des postures pour magazines et des refrains punks en plastique, les sept Suédois déploient une frappe rutilante et un paquet d'urgences véritables dans le torse. Bien sûr qu'il y a du Lemmy et du Jesus Lizard dans cette jeunesse robuste et défroquée à la fois. Une pluie de synthés, une basse cradingue et rondouillette et la voix de Sebastian Murphy qui vient gueuler sa rage nonchalante avec une élégance saliveuse. Avec ce post-punk bruyant, braillard et trempé dans la bière tiède, Viagra Boys fait définitivement saliver les guitares.

FONTAINES D.C.

Ils sont jeunes, turbulents et Irlandais. Même si ça pourrait être le résumé un peu bêta d'une soirée ordinaire dans un pub quelconque de Dublin, il s'agit surtout de l'ADN musical de Fontaines D.C. Coupables d'un post-punk moite et juvénile, de ceux qui poussent sous les tables de bistrot après les cours, ces cinq gaillards ont compris dès leurs débuts que le volume ne suffit pas à coloniser le bitume à coups de guitares. Dans cette fureur bruitiste, Fontaines D.C. parvient à extraire des joyaux mélodiques qui les rapprochent fissa d'un Morrissey ou des Libertines (pour ne citer qu'eux). Et puis, entre nous, ces effluves d'accent irlandais qui viennent caresser les syllabes de Grian Chatten, finissent de nous faire aimer très fort ces gamins à l'avenir solide.

 

Fontaines D.C.

Website | Facebook | Soundcloud | Instagram

Viagra Boys

Facebook | Website