Inclassable, déroutant, libre et habité, le pianiste français jouera le fameux "Big Sun" avec la projection de son film sur les façades de deux immeubles de la cité de Meyrin. Unique.


Grace à Christophe Chassol, l'expression «sublimer le réel» veut enfin dire quelque chose. Compositeur, arrangeur, pianiste, artisan de la bande-son, le Français est un peu tout ça à la fois. Un type virtuose qui n'a jamais voulu laisser le visuel sur le bas-côté pour foncer tête baissée dans la musique. Jazz? Oui, certainement. Sauf que Chassol raffole de la contrainte. Et l'image en est une. Et si rien n'est jamais laissé au hasard, tout est pourtant d'une instantanéité folle. Pour Antigel, le monstre de talent empoignera l'inimitable "Big Sun" aux pieds des immeubles et projettera par la même occasion le film qui l'accompagne sur deux des façades immaculées de la première cité satellite jamais construite en Suisse, celle de Meyrin. Et il se pourrait que la magie devienne palpable.