Antigel - GILLES JOBIN & TANZTHEATER DRITTER FRÜHLING (TT3F)

 

GILLES JOBIN & TANZTHEATER DRITTER FRÜHLING (TT3F)

The Moebius Strip

Mer, 3 février

20H00 - (Portes: 19H00)

Point Favre, Chêne-Bourg

Jeu, 4 février

20H00 - (Portes: 19H00)

Point Favre, Chêne-Bourg

The Moebius Strip, pièce avec laquelle Gilles Jobin a fait le tour du monde depuis 2001, fait sans aucun doute partie du patrimoine de la danse contemporaine suisse. En 2007, elle est recréée pour la Cie Virevolte de Manon Hotte, avec des adolescent·e·s. Comment mieux incarner la transmission de la vie, l’un des enjeux affirmés de la première œuvre, qu’en invitant une nouvelle génération de danseur·euse·s à s’approprier les actions et les règles du système ? Cette année, plus que jamais, la question de la transmission résonne fort. En ces temps incertains, les personnes âgées disparaissent de plus en plus de l'espace public et des scènes, avec cette interprétation de The Moebius Strip par des seniors, le Tanztheater Dritter Frühling (TT3F) entre dans le vif du sujet et donne à voir une ancienne génération bien vivante !

En coproduction avec le Service culturel de Chêne-Bourg

GILLES JOBIN

Gilles Jobin est le fils du peintre abstrait Arthur Jobin. Il se forme tardivement à la danse classique à l'École supérieure de danse de Cannes Rosella Hightower à Cannes et au Ballet Junior de Genève, alors dirigé par Béatriz Consuelo. Il danse ensuite pour les compagnies Lausannoises de Fabienne Berger et de Philippe Saire, ainsi qu'avec la Catalane Angels Magarit.Il prend en 1993 la codirection du Théâtre de l'Usine à Genève où il rencontre Maria Ribot, dite La Ribot, chorégraphe et danseuse madrilène qui deviendra sa compagne. En 1995, le couple s’installe à Madrid et Gilles Jobin se lance dans ses premières créations avec trois solos qui portent sur l'identité Bloody Mary (1995), Middle Suisse et Only You (1996). En 1997, il part pour Londres avec La Ribot, attirés par le Live Art anglais et la vitalité de la programmation de l'Institute of Contemporary Arts, Il reçoit une bourse Artsadmin qui l'accueille dans sa structure et devient chorégraphe-résident à l'Arsenic de Lausanne. Il y fonde sa compagnie Parano Productions et crée la même année sa première pièce de groupe, A+B=X (trio), pour le festival Les Urbaines. La pièce est présentée au Festival Montpellier Danse en 1999 et Gilles Jobin est reconnu, pour la radicalité de son travail, comme un «chef de file d'une nouvelle génération de chorégraphes suisses indépendants».En 1998, il crée le duo Macrocosm au Place Theatre de Londres, utilisant une écriture chorégraphique hors des cadres esthétiques établis où il pratique des incursions dans les arts visuels et le live art, comme avec le projet Blinded by Love (1998) réalisé avec le performer anglais Franko B. Braindance (quintet) crée en 1999 est présenté au Théâtre de la Ville à Paris, suivent des tournées internationales en Europe et au Brésil.En 2001, Gilles Jobin crée une pièce majeur, The Moebius Strip (quintet), axée sur le mouvement continu, qui lui permet de radicaliser son travail sur l'horizontalité. À l'inverse de ses précédentes œuvres qui développaient en thèmes sous-jacents le sexe, la nudité, la violence et la guerre, cette pièce n'utilise que lignes et géométrie1. Une création qui fait écho aux compositions de son père, Arthur Jobin, lesquelles oscillent entre rigueur géométrique et vibration intense des couleurs juxtaposées. Il signe ensuite Under Construction (septet) en 2002.Two-Thousand-and-Three, créé en 2003 pour les 22 danseurs du Ballet du Grand Théâtre de Genève clôt la trilogie créée selon un système de «mouvement organiquement organisé» particulièrement bien accueillie par la critique."Ce qui frappe - et ravit - chez Gilles Jobin, c'est sa capacité à se mettre en danger en approfondissant un peu plus la matière première de la danse, le corps de l'interprète, à chaque nouvelle production. Son sens de l'écriture - l'une des plus abouties de sa génération - évite les pièges de la narration pour remettre l'abstraction en ligne de mire». En 2004, il crée Delicadopour le Ballet Gulbenkian de Lisbonne. La même année, il s'installe avec sa famille à Genève et créé Steak House (sextet) en 2005. L'année suivante, le chorégraphe devient artiste associé à Bonlieu Scène nationale à Annecy2 et produit Double Deux (2006), Text to Speech (2008), pièce avec laquelle il oriente son travail vers les nouvelles technologies, Black Swan (2009) et Le Chaînon Manquant - The Missing Link (2010), créé avec des danseurs du Centre de danse Donko Seko de Bamako au Mali. En 2011, Gilles Jobin s'engage encore plus dans le mouvement dénué de toute structure narrative avec Spider Galaxies. En 2012 il obtient le prix Collide@Cern et devient ainsi le premier chorégraphe résident au CERN (Centre Européen pour le Recherche Nucléaire) . Il clôt sa résidence en novembre 2012 par une conférence au Globe du CERN. En 2013, à la suite de sa résidence, il crée QUANTUM au sein de l'éxperience CMS du CERN, une collaboration avec l’artiste visuel allemand Julius Von Bismarck (winner of Ars Electronica Prize), la compositrice américaine Carla Scaletti et le styliste belge Jean-Paul Lespagnard. Pour QUANTUM, Gilles Jobin et Julius Von Bismarck reçoivent le soutien de la Fondation d'entreprise Hermes dans le cadre de leur programme New Settings.

Tanztheater Dritter Frühling (TT3F)

Le Tanztheater Dritter Frühling (TT3F) existe à Zürich depuis 22 ans maintenant, et a déjà produit de nombreuses pièces de théâtre de danse à succès par et avec des personnes de plus de 60 ans, dont certaines ont traversé plusieurs générations. Au cours des quatre dernières années, une grande production scénique a été mise en scène chaque année. Le Tanztheater Dritter Frühling (TT3F) propose des ateliers réguliers et une formation de danse hebdomadaire pour les femmes âgées à Zurich. Il est unique en Suisse avec ses offres variées pour les personnes au troisième printemps de leur vie.

Coproduction avec le Kulturmarkt Zürich, soutenue par la Otto Beisheim Foundation, Swiss Life, Migros Kulturprozent, Elisabeth Weber Foundation, Hatt-Bucher Foundation, Martha Bock Foundation, Département de la culture du canton de Zurich, Ville de Zurich

CRÉDITS & DISTRIBUTION

Chorégraphie : Gilles Jobin, adaptée par Jean-Pierre Bonomo
Musique : Franz Treichler
Répétitions des co-chefs : Angelika Aechter, Jean-Pierre Bonomo
Direction générale : Roger Nydegger
Gestion de la production : Johanna Maria Raimund, Aline Stäheli

Collaborateurs et collaboratrices : Heidi Faisst, Katharina Haas, Madelaine Hirsch, Margarita Tschudi, Monika Waldmeier, Peter Faisst, Roger Nydegger, Thomas Wehrmüller

Coproduction avec le Kulturmarkt Zürich, soutenue par la Otto Beisheim Foundation, Swiss Life, Migros Kulturprozent, Elisabeth Weber Foundation, Hatt-Bucher Foundation, Martha Bock Foundation, Département de la culture du canton de Zurich, Ville de Zurich

Point Favre, Chêne-Bourg

Avec ses vastes baies vitrées, qui évoquent des carrés de Mondrian et renvoient les reflets de la ville, avec son allure élégante et sobre, le Point Favre n’aurait pas manqué de séduire celui qui lui a donné son nom : Louis Favre, un architecte et entrepreneur né à Chêne-Thônex en 1826, à qui l’on doit notamment le premier tunnel ferroviaire du Saint-Gothard. Le service culturel de la commune de Chêne-Bourg y présente tout au long de l’année des concerts, des spectacles pour enfants, du théâtre, des conférences et des films.

A